12-11-18

Rebloguer, est-ce que c'est comme la bicyclette?


Alors me revoici sur ce blogue, prêt à enfin entamer ce qu'est réellement cet endroit. En fait, pour être bien honnête, je n'ai jamais vraiment su ce que c'était depuis son changement de nom. Quand on a terminé de gérer l'intensité (...ou plutôt qu'on a le goût de passer à un autre topic), on fait quoi au juste?

Eh ben, on fait de la photo. Ouin je sais, c'est un peu cliché se lancer en photo...je plaide coupable pcq j'aime vraiment ça! Des fois, je réalise que ma dernière série de photo fait réellement newby, d'autre fois je tiens quelque chose que je n'avais même pas remarqué en prenant la photo. C'est mystérieux.

Alors voici une image de ce matin, vers 8 heures. La brûme était sur le lac, c'était pas un long shot mettons! N'empêche, ça a donné de quoi de pas pire, voici:


Bon, j'en ferai pas une carrière, mais c'est un début...

11-02-18

Claude Langevin

À 16 ans, il travaillait pour le Canadien Pacifique

Plus tard, il a été felquiste, propriétaire d'une maison d'hébergement.

Il a tout connu, tout vu, mais il croit toujours, à 53 ans, que le meilleur est en avant de lui. Il vit entre deux bières, pas loin de Berri-UQAM et tout ce qu'il demande à la vie, c'est d'avoir un toit sur sa tête le soir pour pouvoir récupérer sa vie éthylique de la veille et repartir à la conquête de lui-même. Faisant fit de ses vices, il n'a aucune certitude si ce n'est que tôt ou tard la Chine aura notre peau.

Il m'a dit, sur le coin en bois rond, de ne pas m'en faire, qu'à 25 ans je n'avais encore rien vu.

Il m'a dit d'aimer du plus profond de moi-même et de faire de mon mieux, quoi qu'il advienne.

Merci Claude

11-01-13

- Tu crois qu'on est un feu de paille?

- Toi et moi, non

10-11-27

Sur la route

J'avais pas le goût de le partager depuis quelques mois, ayant cru pendant un certain temps qu'un blogue n'est qu'une manière plus ou moins officielle d'afficher nos traits de personnalité narcissique.

J'avais tout faut. Un blogue n'est qu'une manière d'exprimer ce qu'on est, qu'on soit narcissique ou non. En fait, si je suis ici, c'est pour un certain désir de partager les choses qui peuvent m'arriver et aussi pour me bâtir une oeuvre personnelle (le mot oeuvre utilisé ici ne comportant pas nécessairement de hautes aspirations) pour constater comment le temps peut me changer et agir sur ma personnalité.

Alors j'ai procédé à la revue de tout ce que j'avais écris ici dans les 3 dernières années. Ayant eu le temps de prendre une certaine distance, j'ai pu constater à quel point cet intense qui écrivait et crachait sa vérité avec fureur était imprégné d'un idéalisme beau à voir, mais difficile à vivre, qui s'est quelque peu évaporé avec le temps. Les rêves en vieillissant sont toujours aussi beau, mais ils me semblent plus ancrés dans la réalité (paradoxe, quand tu nous tiens). En relisant, j'ai pu lire aussi une certaine rage, une frustration qui découlait de l'écart trop grand entre ce que j'aurais souhaité et ce qui arrivait. Aucun détachement face à ce qui arrivait comme si le monde allait m'avaler. Trois ans plus tard, je constate que le monde ne m'a jamais avalé et ne m'avalera jamais. Pourquoi m'en faire autant? Pourquoi mettre la misère du monde sur mes épaules?

Peut-être ais-je perdu cet idéalisme qui m'habitait, mais j'ai aussi heureusement perdu cette frustration qui m'empoisonnait l'existence. Au creux de mon oreiller, tout près du sommeil, je me permet encore de rêvasser, seulement je rêvasse autrement, en imposant des limites au monde extérieur sur mon fort intérieur. Je contemple les utopies, c'est tout.

Et c'est très bien ainsi

10-11-25

Au cabaret du Casino

Alors comme ça on décide de faire un come-back. Vieil has-been du blogue qui, après avoir visité ses anciennes lectures habituelles, veut se monter un show le temps d'un ou de quelques soirs pour goûter encore à ce que c'était le bon vieux temps.

Comment je faisais déjà pour noircir ces pages blanches de pixels? Comment j'arrivais à bâtir une logique, un sens, un cadre, une image, d'installer les pieux qui tiennent la charpente? Je ne sais plus trop, j'y vais d'instinct et j'essaie à tâtonnement.

Mes 22 ans me reviennent brusquement et tout ce qui est arrivé avec cette année là. Mes 23 aussi. Des années d'une influence tellement forte sur celles restantes qu'elle me remontent encore sporadiquement à la gorge. Des images, plein d'images. Des souvenir, des beaux et des douloureux. Des années charnières.

Un chanteur qui revisite ses classiques, ses premières compositions, celles qui ont le plus accroché les esprits.

Ça faisait longtemps que j'avais pas eu autant de plaisir à me lancer dans le vide improvisé d'une écriture oubliée ya déjà un bout de temps.

Alors en vieux crooner accro à l'adrénaline du stage devant une mer de têtes blanches, j'annonce une série encore indéfinie de spectacles, ne sachant pas encore si l'inspiration va m'aspirer de mes méandres gestatifs ou si elle se fera aussi menue qu'une simple chanson lancée sur une compilation.

Devant le plaisir de contempler son passé sans nostalgie et avec, tout de même, une certaine fierté.

Jean-François Pilon, 25 novembre de l'an de grâce 2010

10-07-20

Faut gérer l'intensité, faut tuer le malheur.

Une fenêtre sur ma vie, un brusque élan voulant retourner dans le temps

Sentir comment c'était, de la voir se métamorphoser avec le temps.

Ressentir ça

10-02-08

Vanesse Pariétaire \ disambiguation

Je suis témoins du crash des êtres, des plus pures visions fanatiques de ceux qui aiment côtoyer l'abîme, de ceux qui aiment sentir la douce caresse du harakiri. Devant ces fossoyeurs, je ne sais comment réagir.

Devenir cinique...

09-12-06

The horror, the horror

Une journée après avoir recu cet incroyable film qu'est Apocalypse Now, je reste encore sous le choc. Les recoins les plus sombres de l'âme humaine sur pellicule, la haine, la folie, la soif de pouvoir, l'horreur.

J'éprouve une sorte d'attraction sordide et une répulsion maladive à la vue de la guerre. Autant j'aimerais voir, autant je sais que j'en reviendrais totalement brisé. Pulsion mazochiste, envie totalement assumée de vivre des expériences qui me dirigeraient aux rives de la folie.

Je ne sais pas d'ou vient ce goût de constater l'extrêmisme de l'être humain. De voir les plus grandes bassesses, la ou la construction de mes valeurs les plus chères ne tiennent plus.

Un paradoxe, encore, je suis

09-11-18

Tête de radio

This is just a nightmare, soon i'm gonna wake up

09-10-05

Time flies

Ça faisait un bout de temps que je ne m'étais senti aussi croche dans une journée.

Jusqu'à quel point on provoque ce qui nous arrive? Jusqu'à quel point notre subconscient nous dirige?

Ce soir, je m'amuse à déconstruire ce qui m'entoure. Et je réalise que tout ce qui se retrouve dans cette chambre qui m'encercle est le résultat direct d'une ou plusieurs décisions prises durant les 20 dernières années.

Et ce couplet d'une chanson de Porcupine Tree


But after a while
You realize time flies
And the best thing that you can do
Is take whatever comes to you
'Cuz time flies



Oui, le temps passe, je le réalise de plus en plus. J'ai souvent l'impression de forger ma vie au ralenti, à feu doux. Les choses avancent à leur rythme, mais jusqu'à quel point c'est moi qui décide de leur vitesse?

Tout, ou presque, file à la vitesse de ma volonté.